Les feuilles mortes

آخر تحديث : الخميس 28 يونيو 2018 - 10:50 مساءً
2018 06 27
2018 06 28

Qu’importe la position du recueillement ? Le corps s’exprime selon ce que lui dicte l’esprit. Un moment de transe. « dounia » s’exécute. Un signe d’humilité, de conscience et de reconnaissance ; foi en la grandeur du créateur.

Avec une guitare sur l’épaule, « l’akhira » cherchait vainement un coin distant de la foule pour gratter sa misère sur des cordes complètement délabrées…sublimation d’un mal être !

Deux êtres vivants taxés de fous à cause de leur apparence et de leur comportement, on va dire, inconstant. Les plus distingués dans l’histoire de la ville.  vagabonds presque  inséparables. Très inoffensifs quoique de caractère parfois revêche. Etait-ce le désir sans désir ou avaient-ils un vulgaire instinct qui les animait ? Du coup, les malheureux parcouraient les artères de la ville avec un détachement très unique à la quête d’un semblant de droit à l’existence… Les deux sont disparus assez jeunes. L’akhira est mort d’un cancer colorectal et Dounia à la suite d’un accident à la sortie de la ville.

Deux personnages énigmatiques aux propos parsemés d’aphorismes aussi bien dans leur ivrognerie qu’à l’état serein.

«   war timen Akhiyi » une injonction en langue amazighe qui fait leitmotiv à la bouche de Dounia incitant le destinataire à se méfier de tout. L’idée que l’autre est dangereux, a bien été développée par Hobbes dans Léviathan : « l’homme est un loup pour l’homme ». disait-il. Mais pour Dounia qui n’avait pas l’opportunité d’étudier, Sa philosophie, il l’a apprise à l’école de la rue.

Tandis que l’autre, chevelu moins souriant et dilettante obstiné, passionné du groupe Nass alghiwane, vocifère à qui mieux mieux  «  Mahmouma » une chanson qui a fait tant de buzz à l’époque des années 70.

Dounia, de mœurs comiques, s’intègre facilement à tous les groupes faisant fi des âges. Cela lui a toujours valu des aides financières. Quant à l’akhira, il se contentait de faire la remarque aux passants : « C’est injuste à la fin ! vous aidez « l’existence », et vous ignorez « l’au-delà »

Raillés par certains, assistés par d’autres, tous les deux ont vécu un temps et occupé un espace…Ils ont disparu en emportant avec eux leur misère et même leur célibat pour finir inhumés dans le même cimetière  que les personnes les plus influentes de la ville. L’égalité prend sa revanche.

                                      Plume : Abdelhamid Elbadaoui     

  

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *


شروط التعليق :

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

التعليقات5 تعليقات

  • merci Mr abdelhamid elbadaoui
    el3aila elbadaaoui daro bazaf li madinat zaio fi kol elmayadin alf chokran ,quand j etait goss je me rappelle de ces deux frere souvent et surtout le dimanche au stade de zaio
    pour voir azouz.chatar-bou3arfa.rayna……

  • اللهم ارحمهم وارحم موتانا وموتى المسلمين.

  • اللهم ارحمهم و ارحم جميع اموات المسلمين يارب

  • وَذَكِّرْ فَإِنَّ الذِّكْرَىٰ تَنفَعُ الْمُؤْمِنِينَ.صدق الله العظيم.
    فنعم الذكرى أستاذي الجليل.ولأنك ذكرت سكان مدينة زايو بهذه الخاطرة التي تجسم وتحكي حياة هذين الأخوين أقول ان الرابح الأكثر للحسنات هو انت على غرار قرائنا الأعزاء الذين لا يبخلون على الفقيدين بالترحم والدعوات الصالحة ان شاء الله.
    فنعم المقال ونعم الزمان ونعم المكان.

  • اللهم ارحمه وارحمنا